Site officiel de Thibault de La Tocnaye
Contactez-moi : contact@latocnaye.fr
macron

«La Grande Consultation» lancée par Opinion Way pour CCI France /La Tribune auprès des chefs d’entreprise vient de rendre son verdict : 11% seulement considèrent que la loi Macron va relancer la croissance de leur entreprise et 11% seulement jugent que cette loi est une priorité !

Lorsque l’on regarde de plus près les enseignements de cette enquête, on s’aperçoit que parmi les 5 préoccupations les plus importantes des chefs d’entreprise en tant que « leviers » de croissance de leurs entreprises, 3 d’entre elles concernent le manque de financement et une fiscalité adaptée aux besoins de développement des entreprises. Citons :

  • La capacité de se doter de fonds propres (22%)
  • Créer une incitation fiscale en faveur du temps passé pour mener des projets innovants (29%)
  • Favoriser les conditions de reprise des entreprises (24%)

Autant de mesures non traitées par la Loi Macron.  Dans le même temps, l’AFIC (Association Française des Investisseurs pour la Croissance) a récemment pointer du doigt la faiblesse des montants investis dans le capital-innovation et la COFACE explique que le capital-risque français consacre seulement 1,9 % de ses financements aux start-ups à comparer aux 7,9 % de la moyenne européenne…

Or, l’Epargne privée est abondante en France. Le blocage vient du fait que la fiscalité française favorise de façon éhontée la « rente » au lieu du « risque ».

Seul Marine Le Pen et le Front National proposent de façon constante une multitude de mesures pour pallier le manque endémique de fonds propres des PME françaises à commencer par :

  • L’augmentation significative des incitations fiscales à destination des Business Angels
  • Des Avantages fiscaux supplémentaires en direction des particuliers investissant dans les « Jeunes Pousses » et les PME innovantes

Thibaut de La Tocnaye, dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles , membre du Bureau Politique, Délégué national à la Formation

CAC

On vient d’apprendre que les dividendes et rachats d’action versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 30 % en 2014 par rapport à 2013 atteignant ainsi les 56 milliards d’euros.

Cela pourrait être une bonne nouvelle… mais…

… Parallèlement, la désindustrialisation de la France et la disparition des sous-filières, une à une, continuent inexorablement de détruire notre tissu économique…

Alors on s’interroge !… Où sont donc passés ces 56 milliards et plus exactement à quoi servent-ils ?!…

La réponse est relativement simple et claire : d’une part l’investissement n’est absolument pas correctement dirigé en France vers les Entreprises et spécialement vers l’Industrie. Depuis plus de 20 ans les pouvoirs publics n’ont cessé de favoriser l’investissement de l’épargne presqu’exclusivement vers le financement du déficit de l’Etat et vers le Logement … D’autre part, on constate évidemment que faute de cibles d’investissement valables en France, une bonne partie de cette manne du CAC 40 se réinvestit à l’étranger…

La France manque donc cruellement de Fonds d’investissements suffisamment pourvus et réellement dédiés au développement des PMI et à la ré-industrialisation.

Alors pourquoi ne pas reprendre une mesure-phare du programme présidentiel de Marine Le Pen, à savoir la constitution concertée d’un Fonds d’Investissement Stratégique alimenté par 15 % des bénéfices des Entreprises du CAC 40 de façon à développer, relancer et parfois sauvegarder des métiers – principalement de sous-traitance – dans des secteurs justement vitaux pour les « ensembliers » que constituent l’essentiel des Groupes du CAC 40 !….