Site officiel de Thibault de La Tocnaye
Contactez-moi : contact@latocnaye.fr
77-Couleurs-d-ete-GF
taxe d'habitation

Cette décision a été prise sous le coup de la fébrilité, à l’approche des élections régionales que les sondages prédisent catastrophiques pour le PS. Le secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert, vient ainsi de promettre dans le Journal du Dimanche que les retraités qui ont payé des impôts locaux cette année alors qu’ils en étaient jusque-là exonérés, seront «remboursés sans démarche particulière ».

En effet, 250 000 ménages modestes se retrouveront assujettis à la taxe d’Habitation de façon non prévue ! Quel amateurisme… quelle incompétence d’un Gouvernement de minus qui ne sait même pas faire « tourner les ordinateurs » des dizaines de milliers de techniciens et fonctionnaires de Bercy pour modéliser et anticiper les effets des réformes en cours !!

Sur le fond, ce gouvernement a beau prétendre rendre (très peu) d’une main ce qu’il a (beaucoup) volé de l’autre, notamment aux retraités les plus modestes qui sont autant de déçus de la gauche, les faits sont têtus. A la vérité depuis 2012, le fiscalisme confiscatoire et le déclin économique de notre pays se poursuivent à grande vitesse.

Le truquage permanent des chiffres, la manipulation des statistiques ne parviennent pas à masquer l’évidence que les Français appréhendent dans leur vie quotidienne. Le hollandisme à la sauce Ayrault, Valls, Macron ou Sapin ont encore aggravé les maux du quinquennat Sarkozy : baisse drastique de la compétitivité, fuite des capitaux, des cerveaux, des talents à l’étranger, effondrement de l’investissement, envolée du chômage.

Une tiers-mondisation de la France qui se poursuit par l’annihilation méthodique des pôles d’excellence dans l’innovation, la recherche, la production, et bien sûr l’éducation, au nom d’un égalitarisme délirant, démagogique, que la gauche confond avec la justice sociale…

C’est au nom de la même mauvaise philosophie que nous avons subi depuis trois ans et demi une hausse de 70 milliards d’euros des prélèvements, concentrée sur les forces vives de notre pays ! Avec en plus le report sur les épaules des classes moyennes de l’exonération de l’impôt sur le revenu pour 40 % des ménages, la confiscation des prestations sociales et notamment des allocations familiales pour de nombreux ménages français au profit des nouveaux arrivants la plupart du temps inactifs…Comment ne pas comprendre que la folle politique d’accueil des nouveaux « migrants » fragilise encore plus à terme les plus modestes ?

Bref, l’amateurisme – pour ne pas dire l’incompétence-crasse – couplé au sectarisme sans faille des dirigeants actuels de notre pays mène celui-ci inexorablement vers le déclin social et économique ;

A quand le grand retour de la France de la Prospérité ? Avec Marine Le Pen bien sûr … lorsque l’Economique libéré et le Social remis à l’endroit auront enfin été réconciliés !

Thibaut de La Tocnaye

schizophrenie

17 septembre 2015

Nous vivons décidément une époque totalement schizophrène !…

D’un côté, des agitateurs minables déguisés en soi-disant artistes pratiquent avec zèle une inversion totale des valeurs que sont le Beau, le Bien ou le Vrai, piliers de notre civilisation helléno-chrétienne. C’est ainsi que le FN, par la voix de notre ami Stéphane Ravier, Sénateur de Marseille, a pris dernièrement la tête d’une réaction de bon sens (!) pour alerter sur l’exposition, montée avec l’argent des contribuables, de deux « artistes » allemands, invités par un autre « artiste », Pakito Bolino, à la Friche de La Belle de Mai à Marseille. En l’espèce, un étalage assez ahurissant de délires pédopornographiques et de zoophilie. Cela a valu à notre ami Ravier de se faire traiter de suppôt de « Goebbels », d’ «archaïque » s’attaquant à la « liberté » et à la « civilisation », selon les termes employés par la gauche bien pensante, la droite bobo et les médias du même tonneau…

De l’autre, les « grandes consciences » médiatico-politiques ne se sont pas manifestées quand la diffusion du magazine National Geographic a été suspendue au mois d’Août par les autorités saoudiennes… «pour des raisons culturelles » a expliqué Alsaad Omar al-Menhaly, rédacteur en chef de son édition en langue arabe.

De fait, le magazine a été interdit sur le territoire de l’Arabie saoudite au motif que sa couverture était ornée d’une photo…du Pape François devant la Chapelle Sixtine !

La schizophrénie mène souvent au suicide… Notre Nation y est presque.

Thibaut de LA TOCNAYE,

Conseiller Régional de Provence,

Vice-Président de Chrétienté Solidarité

Délégué National à la Formation du FN

Editos 01 juil 2014 Mots-clés :, , ,
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les commentateurs sont quasiment unanimes, la conjoncture politique est particulièrement favorable au Front National à moins de six mois des élections régionales. A titre d’exemple, et dans l’attente des sondages à venir, la côte de popularité de Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste en PACA, a bondi de sept points entre Novembre et Avril d’après une enquête Odoxa pour Le Parisien. Selon un autre sondage, Ifop, publié Samedi 20 juin dans La Voix du Nord, le Front National (FN) emporterait l’élection régionale dans la future région Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

Une véritable lame de fond généré par le FN

Les politologues expliquent très classiquement ce nouveau « bon en avant » du FN comme la conséquence d’une démonétisation accrue de la parole des dirigeants des partis qui se succèdent au pouvoir depuis quarante ans ; par le refus d’une large fraction des Français du duel annoncé Sarkozy-Hollande, LR-PS en 2017 ; par l’incapacité du gouvernement à enrayer la marche folle du chômage, des délocalisations, de la délinquance, de l’immigration. Le tout sur fond d’une actualité internationale très anxiogène de terrorisme islamique et d’invasion de clandestins, maux qui n’épargnent pas notre territoire…

Le sentiment de la confiscation d’une partie de nous-mêmes

Tout cela est vrai bien sûr. Mais ce sont aussi toutes les attaques plus indirectes, subreptices, contre notre identité française, que ne perçoivent pas d’ailleurs toujours une classe politico-médiatique coupée du ressenti du pays réel, qui créent une réaction, une prise de conscience qui alimentent le vote FN.

Dans un pays ou le nombre des chrétiens pratiquants n’a pas cessé de décroitre depuis 50 ans, il est ainsi très révélateur que la proposition, il y deux semaines, de Dalil Boubakeur, Président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), d’utiliser les églises vides pour le culte musulman, ait soulevée l’opposition d’une très grande majorité de Français.
Nos églises, âmes de nos villages…

Nos compatriotes se sont sentis attaqués par ce vœu, au même titre que par celui de Jean-Pierre Raffarin proposant de disperser des familles d’immigrés clandestins dans nos villages. Mgr Rey, dans son communiqué  en date du 19 Juin, l’a écrit : «  Au fil des siècles, les églises, chapelles, oratoires… ont été construits par des communautés chrétiennes. Ils témoignent de leur foi et de son expression, qui s’inscrit dans l’histoire et la géographie de nos paysages (…). Ces lieux relèvent d’un patrimoine collectif qui participe du vivre ensemble, mais aussi atteste de nos racines chrétiennes ». L’Abbé Grosjean, dans Le Figaro l’a affirmé pareillement : « Une église, ce n’est pas qu’un bâtiment. C’est l’âme d’un village, d’une ville. Cela fait partie de notre identité. Les français y tiennent. Ce sont nos ancêtres qui ont construit ces cathédrales et ces chapelles… »

L’art contemporain à la rescousse de la haine de soi

Une identité Française, n’en déplaisent aux cuistres et aux spéculateurs du non-art dit « contemporain », qui est aussi foulée au pied, quand on autorise un artiste comme Anish Kappor à poser ses « œuvres » dans les jardins du château de Versailles. C’est ce haut lieu, symbole du génie du grand siècle français, d’une époque où notre pays était à l’apogée de sa gloire, de sa puissance et de son rayonnement, qui a été choisi pour y installer notamment un grand morceau d’acier rouillé baptisé « Vagin de la reine » ou « Coin sale » par M. Kapoor. Nous voyons ici à l’œuvre la même volonté de salir, d’abîmer notre héritage et notre histoire commune…

Dans la même veine, on se souvient du tollé suscité par le timbre de La Poste, utilisant les traits d’Inna Shevchenko, chef de file du violent groupuscule anti-chrétien Femen. Activistes qui multiplient les provocations et les attaques contre les catholiques et dont une militante a même été jusqu’à mimer un avortement sur l’autel d’une église parisienne.

Aller jusqu’à la destruction de notre être intime

Un timbre dont la co-réalisation avait été confiée à Olivier Ciappa, photographe et prosélyte de la GPA, de la PMA et de l’adoption par les couples homosexuels et à Shaul Dadon, alias David Kawena. Ce dernier, figure de la communauté homosexuelle militante, est connu pour ses dessins pornographiques, dont ceux de héros de Walt Disney transformés en icônes gays aux poses et aux attributs plus que suggestifs…

Un rappel qui prend tout sons sens à la lumière de cette information relayée par Le Salon Beige : « Une lectrice a demandé à La Poste d’imprimer des timbres personnalisés de St Michel Archange (ce que chacun peut demander). Réponse : « Nous vous informons que le service juridique de La Poste n’a pas donné son accord pour la reproduction de vos timbres personnalisés car conformément aux conditions générales de vente du site, le visuel ne doit pas contrevenir aux différentes règles encadrant la publicité sur les armes. » Cela se passe de commentaires…

Thibaut de LA TOCNAYE, Membre du Bureau politique du FN, Vice-président de Chrétienté Solidarité, Conseiller Régional PACA

Editos 09 juin 2014 Mots-clés :, , , , ,
Emir Qatar

Dans l’entretien-Vidéo que j’ai posté sur ce blog en fin de semaine dernière, j’ai apporté mon soutien à Florian Philippot, qui, pour avoir dénoncé le soutien du Qatar à « l’islamisme qui tue » est aujourd’hui attaqué en justice. Un processus judiciaire auquel se sont prêtés deux avocats engagés par l’émirat, à savoir Maîtres Francis Szpiner, et Jean-Pierre Mignard. Fort avec les faibles, mais faible avec les forts, il n’est hélas pas très étonnant que le PS ait choisi dans cette affaire de prendre le parti du Qatar !

C’est le Maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a sonné la charge. Interrogée le 4 juin sur l’antenne de RTL au sujet de cette plainte du Qatar, Mme Hidalgo a déclaré : « Je pense que s’ils (les Qataris, NDLR) se sentent insultés, ils ont raison d’avoir recours au droit ». Et l’élue socialiste de nous sortir le pitoyable argument footballistique…et celui de la défense des minorités ( !) : «Ce que je peux dire sur Paris et la relation que l’on a avec le PSG, le patron du PSG (Nasser Al-Khedaïfi, NDLR) c’est une relation d’abord extrêmement positive, très forte. Je les remercie d’avoir mis le club de Paris au niveau auquel il est ». L’émirat « (soutient) des choses qui m’importaient beaucoup, je pense au foot féminin », à « la lutte contre l’homophobie, le racisme dans les stades », « nous travaillons main dans la main ». « Je suis heureuse de cette collaboration avec eux »…

En fait de « collaboration », les propos de cette socialiste sont en effet un modèle du genre !

Bien évidemment, ce qu’affirme le vice-président du FN relève du secret de polichinelle. Et on ne compte plus les rapports divulgués, les livres des spécialistes, les enquêtes, les articles pointant une politique qatarie que Mme Hidalgo ne veut pas voir, allant même jusqu’à vanter sur RTL le progressisme de cet émirat ! On se pince !

Le témoignage des professionnels du Renseignement

Cela fait des années que Marine le Pen, les dirigeants du FN, mettent en garde nos compatriotes sur les liaisons dangereuses que notre classe politicienne entretient avec cet Emirat. Yves Bonnet, ex directeur de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) au début du premier mandat présidentiel de François Mitterrand, ancien préfet et ancien député UDF, invité de l’émission C dans l’air sur France Cinq le 8 octobre 2012, confirmait les avertissements du FN.

Il affirmait qu’il y a « une propagande salafiste des pays étrangers, le Qatar et l’Arabie saoudite (…). Quand je vois le Qatar se préoccuper de la situation dans nos banlieues : de quoi se mêle-t-il ? (…). Je trouve intolérable qu’un certain nombre de pays étrangers viennent s’occuper de la situation de nos banlieues, c’est à nous de le faire. Quelle est la tolérance de ces pays (le Qatar et l’Arabie saoudite) ? Ce sont des pays qui sont la négation même de l’expression démocratique et ce sont ces pays qui viennent s’occuper de nos affaires ! Tout le monde sait aujourd’hui que les propagandes salafistes, et pas seulement en France, mais aussi dans les pays de l’Afrique subsaharienne, sont payées par l’Arabie saoudite et le Qatar. Je pense qu’il faut que nous posions le problème de façon assez claire avec ces pays qui se prétendent nos alliés et nos amis. »

Des Rapports explicites du Département d’Etat américain

Aux Etats-Unis même, le zèle prosélyte de l’allié qatari commence à inquiéter. En Septembre 2014, le journal britannique Daily Telegraph rapportait que « différents rapports sur le terrorisme du Département d’Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l’aval de l’Emirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie ». « Selon le Trésor américain, Tariq Al-Harzi, l’émir pour la région frontalière entre la Syrie et la Turquie, chargé par l’Etat Islamique (EI) d’accueillir les nouveaux combattants étrangers et de les équiper d’armes légères avant de les envoyer en Syrie, a permis à l’EI de recevoir 2 millions de dollars d’un intermédiaire financier de l’EI basé au Qatar. A condition que cet argent soit affecté uniquement à des opérations militaires. L’intermédiaire financier basé au Qatar avait également recruté Al-Harzi pour lever des fonds au Qatar. Doha rétorquera qu’il s’agit d’individus privés et non du gouvernement. Mais tout Etat, et encore plus une autocratie du Golfe, a les moyens d’empêcher ce genre de chose, à condition de le vouloir ».

En définitive, la question capitale est de savoir pourquoi, hier Sarkozy, et aujourd’hui Hollande acceptent sans broncher – et qui plus est – encouragent la politique menée par le Qatar tant au Proche-Orient que dans nos banlieues ?!…

Thibaut de La Tocnaye

Membre du Bureau politique du FN

Vice-président de Chrétienté Solidarité

Conseiller régional PACA

Editos 02 juin 2014 Mots-clés :, , , ,
turquie 2

La Turquie souhaite intégrer l’Union européenne à l’horizon 2023, date symbolique marquant le centenaire de la création de la république kémaliste. Elle est déjà membre du Conseil de l’Europe, de l’OCDE, de la plupart des institutions européistes. Son gouvernement le répète sur tous les tons,  sa longue attente dans l’antichambre de l’UE est «impardonnable» et « humiliante ». Il rappelle que les premiers pourparlers en vue de son entrée dans « l’Europe » date de 1963, à l’initiative notamment du Général De Gaulle. Une candidature entamée officiellement depuis 2005 mais qui prend du temps. Sur les 35 chapitres des négociations, quatorze ont été ouverts mais un seul a jusqu’ici pu être bouclé, adhésion qui achoppe sur la question du « respect des droits de l’homme », des « libertés », l’occupation de Chypre. Mais comment interpréter le silence des gouvernements européens après les récentes révélations sur un autre aspect « problématique » de la politique suivie par Ankara ?

L’information a été peu relayée sous nos latitudes mais a fait les gros titres dans beaucoup de pays du Proche-Orient. Cumhuriyet, un quotidien turc d’opposition au régime du parti AKP, a publié en fin de semaine dernière dans son édition papier et sur son site Internet, des photos et une vidéo qui ont causé la fureur du gouvernement islamiste. Elles mettent à mal les dénégations du Premier ministre Erdogan et de son entourage, accusés de longue date de fournir une aide logistique aux miliciens djihadistes de l’Etat islamique (EI). A une semaine des élections législatives, Cumhuriyet a diffusé des images d’obus cachés sous des caisses de médicaments dans des camions utilisés (officiellement) par une organisation humanitaire, et qui ont été contrôlés entre novembre 2013 et janvier 2014 par la gendarmerie turque près de la frontière syrienne.

Le Régime d’Erdogan pris la main dans le sac…

Or, selon des documents officiels publiés sur la toile, lesdits véhicules appartenaient en fait aux services de renseignement turcs (MIT) et convoyaient des centaines de lance-grenades, 80 000 munitions pour des armes de petit et gros calibre, un millier d’obus de mortier. Le tout acheté à des pays de l’ancien bloc soviétique et acheminé dans une zone contrôlée par l’EI entre fin 2013 et début 2014. Le scandale est de taille, malgré la censure médiatique imposée par le gouvernement turc, y compris sur les réseaux sociaux. Une enquête a été diligentée par le pouvoir a été ouverte contre Cumhuriyet pour des faits de « terrorisme »( !) ; plusieurs dizaines de gendarmes, militaires et magistrats ont d’ores et déjà été placés en détention pour avoir ordonné les « fouilles illégales » de ces camions, « révélation des secrets d’État » et « atteinte à l’image du gouvernement »…

Recep Tayip Erdogan aide les djihadistes au nom de sa volonté de faire tomber le régime syrien. Pour autant, son pays est membre de l’Otan, alliance dont plusieurs membres participent actuellement dans le cadre d’une coalition aux côtés des Etats-Unis à des frappes contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Un double jeu qui permet de jauger de la duplicité des uns et des autres, des intérêts et des vues parfois antagonistes des  « alliés » et autres parties prenantes dans ce conflit. Nous avons vu ainsi la ville de Palmyre tomber aux mains de l’EI sans que les véhicules djihadistes fonçant sur cette ville à travers le désert aient été particulièrement visés par l’aviation de la coalition… alors que dans le même temps cette même aviation a été capable de puissamment contribuer à la reprise par des combattants chrétiens de 14 villages dans la province de Hassaké (nord-est de la Syrie) détenus par l’EI depuis le 23 février.

L’attitude trouble des Etats-Unis

Certains ont l’impression que Washington cherche plus à limiter la capacité de nuisance de l’EI qu’à l’éliminer, au nom notamment de l’objectif final consistant à renverser le gouvernement Bachar El-Assad. Or les minorités d’Orient, avec les Chrétiens au premier chef, sont menacées dans leur existence même par une victoire finale du fondamentalisme islamique. Ainsi donc l’objectif numéro est la destruction de l’EI. Quant au Régime de Bachar, héritier d’Assad, il faut aujourd’hui l’utiliser évidemment. C’est devenu un allié tactique même s’il est responsable sur le fond du pourrissement et de la radicalisation invraisemblables d’une bonne partie de la Communauté Sunnite Syrienne … Imagine-t-on la Communauté Sunnite Libanaise dans cet état ?…. bien sûr que non !… mais il est vrai que l’influence millénaire et bienfaisante de la Communauté Chrétienne Libanaise en est principalement à l’origine…

Dans ce contexte, il s’agit de ne pas oublier qu’au plus fort du débat sur l’adhésion de la Turquie dans l’UE il y a dix ans, le Premier ministre Erdogan dénonçait une Europe qui resterait « un club chrétien ». Il fut le premier à se féliciter du refus par la très large majorité  de la classe politicienne européiste – dont au premier rang Jacques Chirac – de réaffirmer « les racines chrétiennes de l’Europe ».

Un gouvernement turc qui livre des armes à des djihadistes qui égorgent décapitent, mutilent exécutent des Chrétiens et dont le Premier ministre demande dans le même temps aux millions de Turcs vivant en Europe de prendre la nationalité du pays d’accueil. Mais sans s’y assimiler, sans abdiquer leur identité, afin dit-il, d’y former une communauté avant tout attentive à la défense des intérêts de la Turquie…

Et nous finançons la Turquie !

Une Turquie que le contribuable français finance pourtant puisque ce pays a reçu depuis 2007 4,8 milliards d’euros de l’Union européenne (685 millions d’euros par an) « pour faciliter son adaptation aux critères européens ». Bref, les Français doivent savoir que « grâce » à la soumission de nos gouvernements successifs à l’Europe de Bruxelles, leurs impôts servent indirectement à armer les miliciens djihadistes et à chasser les Chrétiens de la terre de leurs ancêtres.

Thibaut de La Tocnaye

Conseiller régional PACA

Membre du Bureau politique du FN

Vice-président de Chrétienté Solidarité

Editos 21 mai 2014
fourchette-rigide-noire-x-50-1201961

C’est un paradoxe, alors qu’un milliard de personnes ne mangent pas chaque jour à leur faim, l’obésité ne cesse de gagner du terrain à travers le monde, y compris désormais dans les pays pauvres ou «émergents». Plus de deux milliards d’humains, près d’un sur trois, souffrent d’obésité ou de surpoids. Un fléau sanitaire majeur aux Etats-Unis (un adulte américain sur trois est aujourd’hui obèse) et qui n’a pas été jugulé, bien au contraire, ces dernières années. Il frappe aussi particulièrement l’Australie, le Royaume-Uni (un adulte sur quatre), l’Allemagne, la Russie, tous les Etats du Golfe, mais également des géants comme la Chine et l’Inde, des Etats en forte progression démographique comme le Mexique, l’Egypte, le Pakistan, l’Indonésie…Selon la revue scientifique The Lancet, l’obésité a progressé en moyenne dans le monde depuis 1980 de 28 % chez les adultes et de 47 % chez les enfants et adolescents.

Lors du congrès européen sur l’obésité qui s’est déroulé à Prague ce mois de mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur le fait que d’ici quinze ans, les pays européens devraient connaitre une explosion de ce phénomène, dans des proportions spectaculaires. A titre d’exemple, les projections établies font état à l’horizon 2030 de 89 % des femmes Belges et Bulgares en surpoids.

La France jusqu’ici presqu’épargnée…

En 2012, 15% des Français étaient considérés comme obèses, environ 6,9 millions d’adultes, chiffre qui a plus que doublé par rapport à 1997. La France fut longtemps épargnée par ce fléau du fait de sa spécificité culturelle, à savoir des produits de qualité, un savoir faire dans l’élaboration de plats équilibrés, une nourriture diversifiée, l’importance du temps accordé aux repas pris à heure fixe. Notre pays a été depuis rattrapé par la mondialisation des (mauvais) comportements et la récession économique.

Une maladie qui frappe surtout les plus modestes, puisque les produits écoulés et élaborés par l’industrie alimentaire sont, avec l’apport excessif de calories et l’inactivité physique, les premiers responsables de l’augmentation de l’obésité. Or, ce sont en effet les catégories les plus touchées par la crise qui fréquentent majoritairement les enseignes discount et low cost, lesquelles écoulent principalement des denrées et des plats souvent enrichis en graisse saturée, eau gélifiée, édulcorants, émulsifiants…

Le mondialisme et la concentration du capital et de la distribution à l’œuvre

Le Front National, vox clamentis in deserto, pointe depuis des décennies la responsabilité de certains lobbies, des multinationales de l’agro-alimentaire, de la grande distribution, avec l’aval d’une Europe de Bruxelles qui s’alarme aujourd’hui des conséquences de la «mal bouffe», dans la dégradation constante des produits que nous consommons. Sans même parler de l’explosion des prix pour le consommateur qui impacte l’équilibre alimentaire, la possibilité d’acheter des produits diversifiés. Bref, si vous êtes pauvre vous mangerez de la nourriture de pauvre, c’est-à-dire globalement déséquilibrée, mauvaise nutrition qui a une incidence directe sur le développement des maladies cardio-vasculaires, de l’ostéoporose, de caries dentaires, du diabète, et de certaines formes de cancer.

Il va sans dire que cette question est tout sauf anecdotique. C’est pourquoi je défendais déjà en 2001, dans le cadre de l’élaboration du programme du Front National, un « nationalisme de la fourchette » (!), la préservation de nos produits et traditions culinaires, non seulement au nom de considérations culturelles et économiques, mais aussi pour des raisons médicales. Posez la question, c’est y répondre: un Français a-t-il vocation à suivre les habitudes d’un adulte Mexicain qui consomme 163 litres de sodas par an ? Boire un verre de vin à chaque repas est évidemment beaucoup plus sain !

Un enjeu alimentaire et médical mais aussi économique et esthétique …

Cette habitude du «bien manger», ce patrimoine culturel là, doit être transmis aux jeunes générations et il l’est d’ailleurs très largement au sein des familles, c’est pourquoi –mais pour combien de temps encore ?- l’obésité frappe la France dans des proportions moindres que d’autres nations. Pour autant, la responsabilité d’un gouvernement qui se voudrait authentiquement patriote serait également de prendre dans ce domaine des mesures fortes, autres que cosmétiques. Ainsi, il s’agirait aussi, pour des raisons de santé publique mais aussi pour défendre l’esthétique de nos centres-villes, de lutter contre la prolifération des enseignes de «fast food» débitant de la junk food, d’inspiration américaines mais aussi turco-maghrébines, dont l’expansion a suivi assez logiquement l’explosion de l’immigration. Une autre conséquence du mondialisme…

Thibaut de La Tocnaye
Ingénieur centralien
Membre du Bureau politique du FN
Délégué national à la Formation

Editos 16 mai 2014 Mots-clés :, , , , ,
Capture d’écran 2015-12-23 à 12.14.06

Le président Hollande enfilant le costume du VRP de luxe, s’est félicité à Doha (Qatar) la semaine dernière de la vente au de 24 avions de chasse Rafale à cet émirat, un «troisième succès commercial » après les ventes en février de 24 chasseurs à l’Egypte et de 36 autres à l’Inde en avril. Un soulagement pour son concepteur Dassault après l’échec des négociations menées depuis quinze ans avec les Pays-Bas, la Corée du Sud, Singapour , l’Arabie saoudite, le Maroc, le Brésil…

L’Europe en panne…

Souvenons-nous notamment de la déconvenue de taille que fut en 2002, un an avant son adhésion à l’UE, le refus par la Pologne d’acheter le Rafale, non pas pour acquérir son concurrent européen Eurofighter ou le Gripen suédois, mais pour acheter des F16 américains, l’allégeance à l’Otan passant avant la «solidarité européenne»…

Comme ses prédécesseurs, M. Hollande a donc rangé au rayon des accessoires les sacro-saints droits de l’homme qui nous interdiraient, notamment selon la doxa du PS, de vendre des armes à des pays enfreignant les règles démocratiques. Real Politik oblige, il est en effet difficile d’ignorer que ces dernières années les trois quarts des commandes de matériels militaires français proviennent des pays du Proche et Moyen-Orient.

L’Arabie Séoudite omniprésente

A titre d’exemple, l’Arabie saoudite a été l’année dernière le premier acheteur d’armes dans le monde. Pour la seule année 2013 les Saoudiens ont passé commande pour 1,9 milliard d’euros d’armes françaises. Ce sont eux qui ont aussi aidé financièrement l’Égypte pour l’achat de Rafale et financé récemment le contrat Donas, qui a pleinement profité à notre industrie d’armement, pour l’équipement de l’armée libanaise (hélicoptères, missiles antichar, système de communication, blindés et canons).

Certes, le Qatar, comme l’Arabie saoudite, font officiellement partie du «camp du bien», et sont au nombre de nos alliés, quand bien même ces deux pétromonarchies financent le prosélytisme islamique jusque dans nos banlieues. Elles entretiennent aussi des liens troubles et parfaitement établis avec les milices djihadistes qui sèment la mort au Proche-Orient et en Afrique subsaharienne…et contre lesquelles nos soldats sont engagés.

La contrepartie …pour le Qatar

Autre problème, et de taille, qui a émaillé la conclusion de ce contrat de vente du Rafale à l’émirat du Qatar, celui-ci a été assorti d’une contrepartie extrêmement inquiétante pour le devenir d’Air France. M. Hollande et ses communicants ont beau s’en défendre en désolidarisant les deux dossiers, Doha a bien exigé et obtenu une condition à l’achat de ces 24 avions, à savoir l’extension des droits de trafic vers la France pour Qatar Airways. Concrètement, les avions de la compagnie aérienne qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, probablement trois fois par semaine.

Une classe politique UMPS aveugle…

A Lyon; la chambre de commerce, le Medef, Laurent Wauquiez, le candidat de l’UMP aux prochaines élections régionales, le président socialiste de la région Jean-Jack Queyranne, le président de la Métropole de Lyon Gérard Colomb, se sont félicités de cette nouvelle. Et ce, au motif que l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry est bridé dans son développement par la volonté d’Air France de privilégier Roissy, sa plate-forme aéroportuaire de correspondance («hub»).

Mais au-delà de cette question, qui peut légitimement être posée, il s’agit de comprendre que ces nouveaux droits donnés à Qatar Airways sont potentiellement catastrophiques pour Air France. En s’installant à Nice et Lyon, Qatar Airways est ainsi mesure de détourner le trafic des aéroports parisiens vers le hub de Doha. Un précédent d’autant plus fâcheux que demain, les Émirats arabes unis qui envisageraient d’acheter des Rafale, seraient ainsi fondés à formuler les mêmes exigences aux autorités françaises au profit de leur compagnie aérienne Etihad.

Air France dangereusement fragilisé.

Air France, déjà victime notamment, face aux compagnies low cost, des entraves bruxelloises sur la concurrence libre et non faussée, est de plus confrontée aux flottes aériennes du Golfe grassement subventionnées, jouissant d’un pétrole quasi gratuit pour leurs avions et pratiquant de ce fait une politique tarifaire très agressive. L’extension des droits accordés à Qatar Airways par François Hollande peut être assimilée à un coup de poignard dans le dos de notre Compagnie nationale. Une manœuvre d’autant plus incompréhensible que l’Etat Français est actionnaire à hauteur de 16% de la compagnie aérienne. Beaucoup l’ont rappelé, quand un avion long courrier d’Air France est retiré de la flotte, ce sont 300 emplois directs en moins.

Toutes choses que François Hollande, au final piètre négociateur, a écartées avec une légèreté consternante pour pouvoir se vanter d’un nouveau succès qui revient en fait à déshabiller Paul pour habiller Pierre…dans la plus pure tradition socialiste.

Thibaut de La Tocnaye

Ingénieur centralien

Membre du Bureau politique du FN

Délégué national à la Formation