Site officiel de Thibault de La Tocnaye
Contactez-moi : contact@latocnaye.fr
tdlt 2 vignette-www-3-questions-02

tdlt 1 -www-3-questions-01

To

Thibaut de la Tocnaye a rencontré des chefs d’entreprises Rhônalpins le 9 avril pour leur présenter le programme économique de Marine Le Pen.

 

Fotolia_14703412_02_V

Tocnaye photo 7

Capture d’écran 2015-12-23 à 11.51.39

Capture d’écran 2015-12-23 à 11.58.06

CAC

On vient d’apprendre que les dividendes et rachats d’action versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 30 % en 2014 par rapport à 2013 atteignant ainsi les 56 milliards d’euros.

Cela pourrait être une bonne nouvelle… mais…

… Parallèlement, la désindustrialisation de la France et la disparition des sous-filières, une à une, continuent inexorablement de détruire notre tissu économique…

Alors on s’interroge !… Où sont donc passés ces 56 milliards et plus exactement à quoi servent-ils ?!…

La réponse est relativement simple et claire : d’une part l’investissement n’est absolument pas correctement dirigé en France vers les Entreprises et spécialement vers l’Industrie. Depuis plus de 20 ans les pouvoirs publics n’ont cessé de favoriser l’investissement de l’épargne presqu’exclusivement vers le financement du déficit de l’Etat et vers le Logement … D’autre part, on constate évidemment que faute de cibles d’investissement valables en France, une bonne partie de cette manne du CAC 40 se réinvestit à l’étranger…

La France manque donc cruellement de Fonds d’investissements suffisamment pourvus et réellement dédiés au développement des PMI et à la ré-industrialisation.

Alors pourquoi ne pas reprendre une mesure-phare du programme présidentiel de Marine Le Pen, à savoir la constitution concertée d’un Fonds d’Investissement Stratégique alimenté par 15 % des bénéfices des Entreprises du CAC 40 de façon à développer, relancer et parfois sauvegarder des métiers – principalement de sous-traitance – dans des secteurs justement vitaux pour les « ensembliers » que constituent l’essentiel des Groupes du CAC 40 !….

Illustration of a graph where the figures suddenly fall through the floor

Après l’annonce d’une prévision de baisse des investissements industriels en 2015, l’INSEE vient de publier un résultat inquiétant pour Octobre 2014 : la diminution de 0,8 % de la production industrielle en France. C’est énorme puisque, ramené à l’année, cela donnerait plus de 9% de baisse…

Quand on sait que l’Industrie a un effet d’entraînement en moyenne deux fois plus important que le reste des activités économiques, on comprend que cette récession industrielle est la pire de toute : c’est notre tissu économique dans son ensemble qui se détruit inexorablement.

Or, ce ne sont pas les projets d’innovation et de développement des entreprises qui font défaut mais bien les moyens qui manquent pour les mettre en œuvre : moyens humains et moyens financiers. Car malgré le chômage de masse, nous manquons de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens pour ré-industrialiser la France !

Il est donc urgent en particulier d’engager une véritable révolution au sein de la Formation professionnelle et l’Apprentissage pour construire enfin une offre de personnel en adéquation qualitative et quantitative avec la demande et les besoins du marché !

Parallèlement, l’Etat doit augmenter les incitations financières et fiscales auprès des Business Angels afin de multiplier au moins par deux leurs capacités de financement des PMI et ETI. De même, il convient de créer un Fonds d’investissement Stratégique en partenariat avec nos Champions industriels de façon à sauvegarder les sous-filières stratégiques par Branches.

stratège

L’INSEE vient d’annoncer que les prévisions des investissements des entreprises industrielles baisseront de 3 % en 2015… C’est plus qu’une mauvaise nouvelle puisque cela veut dire que notre industrie continue de régresser au lieu de se renforcer et se rénover. Et ce, d‘autant que l’Etude montre que seuls 26 % de ces investissements seront dédiés à l’augmentation des capacités de production et à la conception-fabrication de nouveaux produits ! En clair, il s’agit essentiellement du remplacement pur et simple de l’outil de production existant.

Les causes de ce marasme sont tout d’abord externes. Il s’agit bien évidemment de la folle politique de Bruxelles avec sa monnaie unique imposant un Euro, en l’occurrence, trop élevé pour la France et avec un libre-échangisme suicidaire interdisant le moindre protectionnisme ciblé et stratégique. Les causes sont aussi internes à notre système politico-économique et donc issues directement de l’incompétence des Gouvernements « UMPS » depuis plus de trente ans. Il faut dénoncer le poids – le plus élevé d’Europe – des charges sociales et fiscales qui pèsent sur nos entreprises, une sous-capitalisation de nos entreprises spécialement industrielles tout-à-fait caractéristique de la France et l’absence ahurissante de toute stratégie industrielle de notre pays. Il est donc urgent, compte tenu de la faiblesse et, malheureusement jusqu’ici, de la non-représentativité effective des organisations professionnelles du monde du travail – encore une spécificité française – de réhabiliter un véritable Etat-stratège capable d’imaginer tous les dispositifs pour réorienter la finance (Banques, Caisse des Dépôts, BPI,…) vers l’authentique création de valeur à savoir l’investissement d’une part plus déterminante de l’épargne dans le capital ou le haut de bilan de nos entreprises industrielles et innovantes.