Site officiel de Thibault de La Tocnaye
Contactez-moi : contact@latocnaye.fr
Uncategorized, Video, Vidéos 23 nov 2015
programme éco tdlt-04

Forsane-Alizza-un-groupuscule-djihadiste-devant-la-justice

Thibaut de La Tocnaye traitait los de cette émission du thème du traitement du terrorisme en France mais aussi des difficultés rencontrées par les TPE. Ses invités étaient Philippe Franceschi, ancien officier supérieur de gendarmerie et expert sécurité, et Yves de Bellanger , responsable programmatique du collectif Audace.

taxe d'habitation

Cette décision a été prise sous le coup de la fébrilité, à l’approche des élections régionales que les sondages prédisent catastrophiques pour le PS. Le secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert, vient ainsi de promettre dans le Journal du Dimanche que les retraités qui ont payé des impôts locaux cette année alors qu’ils en étaient jusque-là exonérés, seront «remboursés sans démarche particulière ».

En effet, 250 000 ménages modestes se retrouveront assujettis à la taxe d’Habitation de façon non prévue ! Quel amateurisme… quelle incompétence d’un Gouvernement de minus qui ne sait même pas faire « tourner les ordinateurs » des dizaines de milliers de techniciens et fonctionnaires de Bercy pour modéliser et anticiper les effets des réformes en cours !!

Sur le fond, ce gouvernement a beau prétendre rendre (très peu) d’une main ce qu’il a (beaucoup) volé de l’autre, notamment aux retraités les plus modestes qui sont autant de déçus de la gauche, les faits sont têtus. A la vérité depuis 2012, le fiscalisme confiscatoire et le déclin économique de notre pays se poursuivent à grande vitesse.

Le truquage permanent des chiffres, la manipulation des statistiques ne parviennent pas à masquer l’évidence que les Français appréhendent dans leur vie quotidienne. Le hollandisme à la sauce Ayrault, Valls, Macron ou Sapin ont encore aggravé les maux du quinquennat Sarkozy : baisse drastique de la compétitivité, fuite des capitaux, des cerveaux, des talents à l’étranger, effondrement de l’investissement, envolée du chômage.

Une tiers-mondisation de la France qui se poursuit par l’annihilation méthodique des pôles d’excellence dans l’innovation, la recherche, la production, et bien sûr l’éducation, au nom d’un égalitarisme délirant, démagogique, que la gauche confond avec la justice sociale…

C’est au nom de la même mauvaise philosophie que nous avons subi depuis trois ans et demi une hausse de 70 milliards d’euros des prélèvements, concentrée sur les forces vives de notre pays ! Avec en plus le report sur les épaules des classes moyennes de l’exonération de l’impôt sur le revenu pour 40 % des ménages, la confiscation des prestations sociales et notamment des allocations familiales pour de nombreux ménages français au profit des nouveaux arrivants la plupart du temps inactifs…Comment ne pas comprendre que la folle politique d’accueil des nouveaux « migrants » fragilise encore plus à terme les plus modestes ?

Bref, l’amateurisme – pour ne pas dire l’incompétence-crasse – couplé au sectarisme sans faille des dirigeants actuels de notre pays mène celui-ci inexorablement vers le déclin social et économique ;

A quand le grand retour de la France de la Prospérité ? Avec Marine Le Pen bien sûr … lorsque l’Economique libéré et le Social remis à l’endroit auront enfin été réconciliés !

Thibaut de La Tocnaye

Video, Vidéos 09 nov 2015
tdlt 3 vignette-3-questions-03

tdlt 2 vignette-www-3-questions-02

tdlt 1 -www-3-questions-01

communiqués 03 nov 2015
Laboratoire d'optique appliquée (LOA)

Selon la dernière étude « Global Innovation 1000 » du Cabinet Strategy& de PricewaterhouseCoopers, depuis 8 ans, entre 2007 et 2015, l’Europe avec 28 % des Investissements mondiaux en « R et D » a perdu sa première place en Recherche et Développement au profit de l’Asie (35 %) et les Etats-Unis (33%)… Rien d’étonnant puisque les fonds alloués à la Recherche ont augmenté sur la période de 60 % en Asie, de 40 % en Amérique du Nord et de… 2 % en Europe !

Beaucoup plus grave, les grands groupes français (44 sociétés sélectionnés pour l’étude) qui consacraient 10 milliards de $ à la « R et D » sur le sol français en 2007 n’en consacrent plus que 8 milliards alors que dans le même temps, ils sont passés de 10 à 14 milliards pour les investissements en « R et D » à l’étranger.

Ainsi, après la délocalisation progressive de la production industrielle (Chine,…) et de celle de la conception (Inde,…), c’est à présent au tour de la recherche, dernier bastion des savoir-faire scientifiques et technologiques français.

Alors que faire ?…. Appliquer d’urgence le programme de Marine Le Pen en matière de ré-industrialisation !

1°) Tout d’abord, il est essentiel de pérenniser et redévelopper le tissu des PMI et ETI françaises incarnant respectivement tous les métiers de sous-traitance des grands groupes industriels : l’augmentation significative des fonds propres en direction des PMI – qui disparaissent une à une – peut seule permettre aux grands ensembliers de ne pas aller chercher ailleurs l’innovation.

2°) La Recherche publique en France doit être considérablement soutenue en atteignant à terme 3 % du budget de l’Etat, pour aujourd’hui à peine 2%. On introduira un minimum de récurrence annuelle dans le financement de la Recherche fondamentale en même temps que la notion de financement par projets pour la Recherche appliquée.

3°) De façon à ce que les savoir-faire académiques et scientifiques débouchent sur des réels débouchés industriels et commerciaux, les passerelles entre Recherches publique et privée doivent être multipliées telle que la promotion spécifique des chercheurs du public liée à l’obtention de contrats d’étude du privé !

19588717540_778bd4b7c6_o

Communiqué de Thibaut de La Tocnaye

L’apparition du phénomène « UBER » dans les métiers de service – pour commencer… – a déjà entraîné et entraînera : une baisse des salaires, une diminution de la qualification des salariés, une baisse de la qualité des services, une montée de l’anonymat auprès de la clientèle et la disparition de la « proximité » du service, une accélération de la constitution des monopoles et son corollaire la concentration du capital, une absence intrinsèque d’indépendance et de capacité de résistance des professions face aux systèmes bancaires, aux différents dumpings extérieurs qu’ils soient sociaux, fiscaux ou environnementaux et aux lobbies européens déjà dans fortement impliqués dans la disparition du capitalisme entrepreneurial et familial.

Devant cette menace claire de détricotage et de déstabilisation systématiques de notre tissu économique, il devient urgent de rénover et « réinventer » la représentativité professionnelle en France. En effet, les professions et les métiers ont évolués du fait de multiples facteurs : mobilité et interdisciplinarité des salariés, apparition des métiers génériques, numérisation de l’économie, internationalisation accrue des échanges, etc…

Et pourtant, plus que jamais les professions doivent être défendues, promues et valorisées. Or, le taux français de syndicalisation des salariés, cadres et patrons est inférieur à 7 % ! Cas unique en Europe …

L’Etat-stratège doit donc s’atteler, en partenariat avec les Chambres consulaires, à la redéfinition (y compris au niveau de la comptabilité publique) des nouveaux métiers et susciter le retour en force d’organisations professionnelles puissantes et réellement représentatives.

Cap-TDLT-150929