Site officiel de Thibault de La Tocnaye
Contactez-moi : contact@latocnaye.fr
Sur Radio Courtoisie 05 nov 2014 Mots-clés :,
RC

“Aujourd’hui, le président d’honneur du FN tient à louer les “participants de qualité” des émissions de Radio Courtoisie. En réalité, la station est loin d’avoir rompu ses liens avec le parti mariniste. Le jeune Benjamin Blanchard, assistant parlementaire de l’eurodéputée FN Marie-Christine Arnautu, anime Le Libre Journal des débats. Thibaut de la Tocnaye, candidat dans le Vaucluse pour le Front aux dernières élections municipales, dirige une émission. En juillet, il reçoit David Rachline, le nouveau maire de Fréjus (élu sénateur du Var le 28 septembre), pour faire le point sur “les 100 jours des mairies Front national”. ”

Source: L’Express

Pour la France 10 sept 2014 Mots-clés :,
Tocnaye photo 4

“Florian Philippot, diplômé de l’Ecole nationale d’administration en 2009, est devenu le numéro deux du FN. Philippe Martel, sorti de l’ENA en 1982 et ex-collaborateur d’Alain Juppé, a été nommé chef de cabinet. Aymeric Chauprade, géopolitologue diplômé d’un doctorat en sciences politiques, a été promu conseiller en charge de l’international. Ingénieur centralien et diplômé de HEC, Thibaut de la Tocnaye est devenu conseiller à la réindustrialisation. Bruno Lemaire, diplômé d’Harvard et professeur de management à HEC, a été chargé des questions budgétaires. Proche de Jacques Sapir, l’économiste Philippe Murer s’est vu confier les dossiers économiques.”

Source: FranceTVinfo

del valle

Thibaut de La Tocnaye, recevait François Costantini, professeur à l’école de commerce international de Paris, Alexandre Del Valle, chercheur en géopolitique, écrivain et Jean d’Ogny, propriétaire du château de la Chapelle d’Angillon, sur le thème : « la situation des chrétiens d’Orient ».

 

macron

«La Grande Consultation» lancée par Opinion Way pour CCI France /La Tribune auprès des chefs d’entreprise vient de rendre son verdict : 11% seulement considèrent que la loi Macron va relancer la croissance de leur entreprise et 11% seulement jugent que cette loi est une priorité !

Lorsque l’on regarde de plus près les enseignements de cette enquête, on s’aperçoit que parmi les 5 préoccupations les plus importantes des chefs d’entreprise en tant que « leviers » de croissance de leurs entreprises, 3 d’entre elles concernent le manque de financement et une fiscalité adaptée aux besoins de développement des entreprises. Citons :

  • La capacité de se doter de fonds propres (22%)
  • Créer une incitation fiscale en faveur du temps passé pour mener des projets innovants (29%)
  • Favoriser les conditions de reprise des entreprises (24%)

Autant de mesures non traitées par la Loi Macron.  Dans le même temps, l’AFIC (Association Française des Investisseurs pour la Croissance) a récemment pointer du doigt la faiblesse des montants investis dans le capital-innovation et la COFACE explique que le capital-risque français consacre seulement 1,9 % de ses financements aux start-ups à comparer aux 7,9 % de la moyenne européenne…

Or, l’Epargne privée est abondante en France. Le blocage vient du fait que la fiscalité française favorise de façon éhontée la « rente » au lieu du « risque ».

Seul Marine Le Pen et le Front National proposent de façon constante une multitude de mesures pour pallier le manque endémique de fonds propres des PME françaises à commencer par :

  • L’augmentation significative des incitations fiscales à destination des Business Angels
  • Des Avantages fiscaux supplémentaires en direction des particuliers investissant dans les « Jeunes Pousses » et les PME innovantes

Thibaut de La Tocnaye, dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles , membre du Bureau Politique, Délégué national à la Formation

Editos 01 juil 2014 Mots-clés :, , ,
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les commentateurs sont quasiment unanimes, la conjoncture politique est particulièrement favorable au Front National à moins de six mois des élections régionales. A titre d’exemple, et dans l’attente des sondages à venir, la côte de popularité de Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste en PACA, a bondi de sept points entre Novembre et Avril d’après une enquête Odoxa pour Le Parisien. Selon un autre sondage, Ifop, publié Samedi 20 juin dans La Voix du Nord, le Front National (FN) emporterait l’élection régionale dans la future région Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

Une véritable lame de fond généré par le FN

Les politologues expliquent très classiquement ce nouveau « bon en avant » du FN comme la conséquence d’une démonétisation accrue de la parole des dirigeants des partis qui se succèdent au pouvoir depuis quarante ans ; par le refus d’une large fraction des Français du duel annoncé Sarkozy-Hollande, LR-PS en 2017 ; par l’incapacité du gouvernement à enrayer la marche folle du chômage, des délocalisations, de la délinquance, de l’immigration. Le tout sur fond d’une actualité internationale très anxiogène de terrorisme islamique et d’invasion de clandestins, maux qui n’épargnent pas notre territoire…

Le sentiment de la confiscation d’une partie de nous-mêmes

Tout cela est vrai bien sûr. Mais ce sont aussi toutes les attaques plus indirectes, subreptices, contre notre identité française, que ne perçoivent pas d’ailleurs toujours une classe politico-médiatique coupée du ressenti du pays réel, qui créent une réaction, une prise de conscience qui alimentent le vote FN.

Dans un pays ou le nombre des chrétiens pratiquants n’a pas cessé de décroitre depuis 50 ans, il est ainsi très révélateur que la proposition, il y deux semaines, de Dalil Boubakeur, Président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), d’utiliser les églises vides pour le culte musulman, ait soulevée l’opposition d’une très grande majorité de Français.
Nos églises, âmes de nos villages…

Nos compatriotes se sont sentis attaqués par ce vœu, au même titre que par celui de Jean-Pierre Raffarin proposant de disperser des familles d’immigrés clandestins dans nos villages. Mgr Rey, dans son communiqué  en date du 19 Juin, l’a écrit : «  Au fil des siècles, les églises, chapelles, oratoires… ont été construits par des communautés chrétiennes. Ils témoignent de leur foi et de son expression, qui s’inscrit dans l’histoire et la géographie de nos paysages (…). Ces lieux relèvent d’un patrimoine collectif qui participe du vivre ensemble, mais aussi atteste de nos racines chrétiennes ». L’Abbé Grosjean, dans Le Figaro l’a affirmé pareillement : « Une église, ce n’est pas qu’un bâtiment. C’est l’âme d’un village, d’une ville. Cela fait partie de notre identité. Les français y tiennent. Ce sont nos ancêtres qui ont construit ces cathédrales et ces chapelles… »

L’art contemporain à la rescousse de la haine de soi

Une identité Française, n’en déplaisent aux cuistres et aux spéculateurs du non-art dit « contemporain », qui est aussi foulée au pied, quand on autorise un artiste comme Anish Kappor à poser ses « œuvres » dans les jardins du château de Versailles. C’est ce haut lieu, symbole du génie du grand siècle français, d’une époque où notre pays était à l’apogée de sa gloire, de sa puissance et de son rayonnement, qui a été choisi pour y installer notamment un grand morceau d’acier rouillé baptisé « Vagin de la reine » ou « Coin sale » par M. Kapoor. Nous voyons ici à l’œuvre la même volonté de salir, d’abîmer notre héritage et notre histoire commune…

Dans la même veine, on se souvient du tollé suscité par le timbre de La Poste, utilisant les traits d’Inna Shevchenko, chef de file du violent groupuscule anti-chrétien Femen. Activistes qui multiplient les provocations et les attaques contre les catholiques et dont une militante a même été jusqu’à mimer un avortement sur l’autel d’une église parisienne.

Aller jusqu’à la destruction de notre être intime

Un timbre dont la co-réalisation avait été confiée à Olivier Ciappa, photographe et prosélyte de la GPA, de la PMA et de l’adoption par les couples homosexuels et à Shaul Dadon, alias David Kawena. Ce dernier, figure de la communauté homosexuelle militante, est connu pour ses dessins pornographiques, dont ceux de héros de Walt Disney transformés en icônes gays aux poses et aux attributs plus que suggestifs…

Un rappel qui prend tout sons sens à la lumière de cette information relayée par Le Salon Beige : « Une lectrice a demandé à La Poste d’imprimer des timbres personnalisés de St Michel Archange (ce que chacun peut demander). Réponse : « Nous vous informons que le service juridique de La Poste n’a pas donné son accord pour la reproduction de vos timbres personnalisés car conformément aux conditions générales de vente du site, le visuel ne doit pas contrevenir aux différentes règles encadrant la publicité sur les armes. » Cela se passe de commentaires…

Thibaut de LA TOCNAYE, Membre du Bureau politique du FN, Vice-président de Chrétienté Solidarité, Conseiller Régional PACA

salon bourget

Le Salon Aéronautique du Bourget a ouvert ses portes en début de semaine.

D’ici 20 ans, nous assisterons au doublement du nombre de passagers dans les transports aériens mondiaux, sachant que selon les estimations de Boeing et Airbus, celui-ci augmente de 4,9 à 5,2 % par an. Parallèlement, la flotte des appareils passera de 21 600 unités à plus de 40 000.

Dans ce contexte d’un marché en forte expansion, il est clair que non seulement les besoins seront d’ordre quantitatif mais également qualitatif car toute croissance forte s’accompagne nécessairement d’une guerre commerciale pour la conquête des nouvelles parts de marché et chaque acteur économique cherche à disposer d’avantages concurrentiels – en l’occurrence technologiques – significatifs.

 

Or, alors que l’aventure aéronautique de Concorde s’est achevée en 2003, voilà que les États-Unis annoncent le lancement d’une étude préalable d’impact environnemental (nuisance sonore et effet sur la couche d’ozone en particulier) du projet d’un nouvel avion supersonique.

 

Au moment où le P-DG de l’ONERA tire la sonnette d’alarme sur la nécessité de poursuivre plus que jamais la Recherche et Développement dans l’Aéronautique, il est donc évident qu’il est temps pour la France de réinventer ce qu’elle a si bien su faire il y a 30 ans. Sachant également que les nombreux “métiers” qui ont permis de constituer le Supersonique franco-britannique sont toujours présents au sein du tissu industriel français … mais jusqu’à quand ?… la décision politique doit être maintenant prise de lancer le nouveau Supersonique français.

 

L’occasion est ainsi unique de contribuer à la Ré-industrialisation nationale en œuvrant de façon urgente à la sanctuarisation de l’Aéronautique française et européenne du futur.

 

Thibaut de La Tocnaye,
Ingénieur-centralien,
Dirigeant-fondateur d’entreprises industrielles,
Membre du Bureau politique du FN